"L'ÉDUCATION, LA CLÉ DU DÉVELOPPEMENT"

ARDÈCHE DIANWALI

MALI

ARDÈCHE-DIANWALI-MALI

"Contribuer au développement en appuyant les initiatives de base"

L’association participe au développement du bourg de Nampala dans le Sahel malien, chef-lieu de commune du Nampalari, dans le cercle de Niono, région de Ségou, non loin de la frontière avec la Mauritanie.

 

Elle est la continuité de l’association Ardèche-Diawambé-Mali née à Saint-Remèze en décembre 1997 pour aider le village peul de Diawambé à creuser un nouveau puits à usage pastoral et à faire face aux besoins de sa population. 

L’association se tourne ensuite vers la scolarisation des enfants du village avec la construction d’une école en dur, d’une cantine, et la prise en charge d’un et de deux enseignants. Les actions se poursuivent avec la mise en place d’un jardin maraîcher à la demande des femmes et la formation d’un animateur en agroécologie, la fourniture au village d’un moulin à grain et la relance de l’artisanat. 

Elle soutient encore la promotion féminine en aidant les femmes dans leur vie quotidienne, en encourageant leur alphabétisation et la sensibilisation à l’hygiène.

L’association intervient ensuite dans le village voisin de Toladjé, tout aussi déshérité, avec la construction d’une école en dur et le lancement d’un jardin maraîcher. L’installation d’une pompe pour l’eau alimentaire est envisagée. L’association change de nom et devient Ardèche-Dianwali-Mali (dianwali signifiant bonjour en peul).

Focus sur le découpage du Mali en régions

Avec le développement de l’insécurité à partir de 2008, la montée du djihadisme dans le Nord du Mali, le pillage d’une de nos

écoles, les deux établissements sont fermés en 2015 et les maîtres se replient sur le bourg de Nampala, davantage sécurisé par la présence d’une garnison militaire.

Avec d’autres enseignants communautaires, ils y assurent le fonctionnement de l’école fondamentale qui compte 220 élèves inscrits à la rentrée 2019. 

A la demande d’une nouvelle association locale, créée sous l’impulsion de l’un de nos deux enseignants, un projet de jardin maraîcher de 500 m2 vient aussi d’y voir le jour « en vue de lutter contre la pauvreté et d’encourager le développement socio-économique et la cohésion sociale dans le village de Nampala ».

 

Nous avons soutenu encore de jeunes réfugiés touareg dans leur scolarité.

 

L’association remercie tous ceux qui continuent à lui faire confiance.

Soirée solidaire
Saint-Remèze

SOIRÉE SOLIDAIRE

La soirée fut de grande qualité devant une salle comble, et particulièrement conviviale. Les bénéfices seront intégralement reversés pour le fonctionnement de la cantine. Permettre à la majorité des enfants de manger correctement une fois par jour.

Un grand merci aux deux chorales, aux bénévoles et à toutes les personnes venues pour cette soirée pour leur soutien et leur générosité.

LE BUREAU

Président : Michel Raimbault / Secrétaire : Evelyne Bernard / Trésorier : Claude Satgé

Manou Bosse, Françoise Surrel, Christiane Dubouchet, Annie Kuhnl, Nicole Ferry 

et Anne Rochegude

Coordonnateur sur place : Houdda Yattara (domicilié à Léré)

Deux instituteurs : Daouda Sylla et Sidi Azoum

 
 

LES ACTUS

JUIN 2020

 

Le Covid 19 : le Mali se situe en queue des pays impactés par le coronavirus sur l'échelle ouest-africaine. Une centaine de morts au 20 juin.  La déferlante annoncée n’a pas eu lieu, dans un pays où la pauvreté et le manque d’infrastructures de santé faisaient craindre le pire. 

 

Une situation sécuritaire toujours compliquée dans une grande partie du pays avec la recrudescence du djihadisme. Une embuscade a été tendue à une patrouille de l’armée malienne à Diabaly, entre Nampala et Niono, le dimanche 14 juin, faisant 24 morts.

Une situation politique très tendue dans le pays, avec plusieurs grandes manifestations à Bamako durant ce mois de juin demandant le départ du président Ibrahim Boubakar Keïta (IBK).

 

Une école malienne en crise qui continue d’enregistrer un taux de scolarisation parmi les plus bas du monde. Des grèves fréquentes des enseignants. Le taux de scolarisation au premier cycle de l’enseignement fondamental est estimé à 75 % dans l’ensemble, avec des taux inférieurs à 50 % dans certaines régions avec le développement de l’insécurité. De nombreuses écoles sont fermées depuis plusieurs années. 

La disparité entre garçons et filles reste importante au niveau de la fréquentation scolaire.

62% de la population malienne n’a aucun niveau d’éducation.

 

L’éducation devrait être une priorité de l’action humanitaire ainsi que des politiques de développement.

 
 

PHOTOTHÈQUE

CONTACT

Michel RAIMBAULT

michel.raimbault2@wanadoo.fr

04 75 98 48 49 

06 82 42 84 51

Télécharger le bulletin d'adhésion

 

NOS PARTENAIRES

Mairie de Saint Remèze - La Pérégrina - Département de l'Ardèche - Destins de femmes - Avenir d’enfants 

© 2020 Création graphique POT DE COM

Créé avec Wix.com